QRZ.COM
ad: Bamatech-1
ad: L-HROutlet
ad: l-rl
ad: Subscribe
TM160BF France flag France

Login is required for additional detail.

QSL: F4GFE,REF BUREAU OR DIRECT SEE INFO AFTER- NO E.QSL

Email: Login required to view

Page managed by F4GFE Lookups: 38096

 

! with special award Boyard Fortress of the sea! info below...

******************************************

  22 april to 20 October 2017......more info below

Special Event for 160 years of the end of construction of Boyard Fortress of the sea!

Our Team only two, only for the Best , father & son for ever..!

Image hébergée par servimg.com

REF  Bureauok 100%

 

QSL info in 2017/2018,

for direct QSL request

2€ or 1 new IRC EXPIRING END 2021 or 2$

qsl rx without = returned via bureau

Warning!

For  SWL Rst, it’s necessary a list of 3 Callsigns 

******************************************************************

 more 8700 qso  the 2 september at 19hzz

activated bands 6, 10, 12, 15, 17, 20, 40m 

SSB only

22 & 28 april 2017

20 & 26 may 2017

17 & 23 june 2017

14 & 22 july 2017

13 & 19 & 25 august 2017  

2 & 15 september 2017

7 & 20 october 2017

**************************************

! with special award Boyard Fortress of the sea!


 4 category:

Bronze = 3 bands qso

Silver = 4 bands qso

Gold = 5 bands qso

Platinum = 6 bands qso

the award is free  & only via @  send your request to f4dto Franck 

****************************************************

Histoire du fort Boyard

9 mai 1801 : Le projet ressort de façon concrète sous Bonaparte. Une commission est chargée d’étudier à nouveau la protection de la rade. Au terme de cet entretien, il en ressort l’idée d’un fort à deux niveaux en forme d’anneau elliptique estimé à 830 000 Francs.

1802 : Après débat, Ferregeau, inspecteur des travaux maritimes, sort un dossier définitif accepté en 1803.
Le chantier du nouveau fort démarre !

1803 : Le projet prévoit un important enrochement, qu’il faut créer totalement sur la Longe de Boyard. 1803 est l'année consacré à la préparation du futur chantier. Une véritable petite ville est créée sur l’île d’Oléron avec bâtiments, clôture, chaussées pavés : Boyardville est né. C’est durant cette année que l’on définit les lieux où l’on peut ouvrir des carrières : Aix, Fouras et Port-des-barques sont retenus. Au large, on définit la localisation exacte du fort, grâce à des sondages précis. Initialement prévu à 1 300 mètres de l’île d’Oléron (au point le plus haut du banc de sable), il sera finalement situé 1500 mètres plus à l’est. Il est donc situé à un endroit où les fonds sont plus profonds, mais il est dans une position plus centrale par rapport au deux îles.

1804 : Les travaux débutent véritablement. La Marine fait appel à des travailleurs militaires pour compléter les groupes civils. Quelques mois après l’ouverture des carrières, le premier bloc de 7m³ surmonté d’une balise en fer est immergé au centre de la base du futur fort. Ce bloc principal est rapidement entouré des pierres de l’enrochement. Mais par manque de moyen, le chantier ne va pas très vite. Les gabarres qui apportent les pierres sont beaucoup trop chargées et sombrent avec les hommes d’équipages, avant même que celles-ci ne parviennent sur le chantier.

Mai 1805 : Le chantier reprend après l’hiver. Des nouveaux navires arrivent de Lorient avec des centaines d’hommes. Les ouvriers posent 16 000m³ de pierres pour construire  l’enrochement.

1806 : Il y a désormais 300 prisonniers militaires autrichiens qui travaillent dans les carrières de l’île d’Aix. Ainsi, c’est encore 16 000m³ de pierres qui sont positionnées. Malheureusement, les tempêtes de fin d'année emporteront une partie de l’assise, elle sera reconstruite rapidement avec des blocs artificiels.

1807 : De nouveaux moyens arrivent et la construction de la 2e partie de l’assise débute. Les joints entre les blocs sont garnis à la chaux hydraulique et les blocs autour de la construction sont reliés par des crampons de fer. A la fin de l’année, c’est 20 000m³ supplémentaire qui sont en place. En décembre, les ingénieurs constatent que l’enrochement a descendu de 1,2 mètre dû a son propre poids. L’hiver qui arrive va en détruire à nouveau une bonne partie de la construction.

1808 : Comment continuer les travaux ? Entre critiques de tout part et le budget déjà dépassé, la construction du fort est un fiasco. Les ouvriers sont mécontents car ils ne sont plus payés, faute de budget !
Le 5 août 1808, Napoléon visite le chantier, les résultats tomberont l’année suivante...

L'affaire des Brûlots de l'île d'Aix

1809 : Le projet du fort est réduit, de même que l’armement prévu. L’orientation change aussi. Les deux grandes façades pourront tirer aussi bien du coté de l’île d’Aix, que du coté d’Oléron. Les travaux reprennent sérieusement, avec trois navires et une centaine d’ouvriers.

Mais d’autres évènements plus tragique surviennent cette année. L’ensemble du littoral est soumis au blocus maritime. La flotte anglaise se rapproche des côtes françaises et le 1er avril, ils mitraillent les ouvriers du chantier. Les travaux sont suspendus, tout le monde rentre à Rochefort, pour la défense de l'arsenal.

Quelques jours plus tard, du 11 au 15 avril a lieu la terrible affaire des Brûlots de l’île d’Aix.
Les Anglais s’approchent des côtes françaises, ils alignent 76 bâtiments face aux Français qui n’ont préparé que 11 vaisseaux et 4 frégates. Pourtant, les Anglais ne prendront pas de risque, puisqu'ils vont utilisé la technique des brûlots. Ils disposent de 50 brûlots (des navires sans équipage remplit de matières explosives) et leur but est d'atteindre les navires français pour les enflammer à leur tour. Le sens du vent est évidemment en faveur des Anglais.
Le désastre ne se fait pas attendre, après une première brèche dans la défense, les brûlots s’engouffrent et enflamment des vaisseaux français qui s’échouent. Après ces 4 jours, qui amènent à la victoire des Anglais, ils maintiendront une présence sur les côtes.

Le chantier du Fort Boyard est donc suspendu partiellement en juin et la suspension totale intervient en fin d’année.

1810 : La construction du Fort Boyard est abandonné, pourtant depuis 1802 c’est déjà 3,5 millions de Francs qui ont été dépensé ! La rade de Rochefort n’étant toujours pas étanche, on décide de la construction du Fort Enet entre Fouras et l’île d’Aix, la 2e "porte ouverte" de la rade. Il ne faut que deux années pour construire ce fort au lieu de l'océan. Certes il est de plus petite dimension que le projet du Fort Boyard et il est plus accessible depuis les côtes.

Aujourd’hui ce fort est toujours bien présent et habité.

Un nouveau fort à tout prix ! (2e)

1837 : Voilà presque 30 ans que la situation n’a pas bougé. Pourtant le ministre de la Marine souhait la reprise des travaux du Fort Boyard. Selon-lui, le travail sera maintenant facilité grâce à des navires plus modernes et surtout, le pays est désormais en état de paix. Des inspecteurs reviennent alors sur le lieu du chantier du Fort Boyard. On constate rapidement que l’ensemble de l’enrochement s’est affaissé d’un mètre. Mais l'avantage, c’est qu’il est maintenant solide et compact, on peut donc construire dessus sans problème.

1841 : Les nouveaux détails de la construction du Fort Boyard sont enfin fixé.  Les assises sont réalisées d’une nouvelle façon avec du ciment hydraulique pour faire des murets, puis de la chaux hydraulique, le tout maintenu par du ciment a prise rapide. Pour éviter l’éboulement, on construit aussi une risberme tout autour de laquelle il y a trois rangés de bloc artificiel de quinze m³ chacun.

1842 : Le gouvernement débloque 4 millions de Francs sur 4 ans. Les travaux reprennent activement et sur l’île d’Oléron, on s’affaire à remettre en état les bâtiments et les quais pour les ouvriers.

1843 : Dès le mois d’avril, tout est prêt pour entamer la poursuite du chantier et l’organisation est au point. En effet, deux équipes travaillent en parallèle. Une première est présente sur l’enrochement lorsque les marées le permettent, la deuxième prépare le ciment sur l’île d’Oléron, qui est ensuite acheminé via des gabarres. A ce moment-là, le béton est coulé sur les parties préparées par la première équipe et ainsi de suite. Le déroulement des travaux d’assises vont ainsi se dérouler sans encombre durant les deux années suivantes.

L'utopique Fort Joinville

1845 : Alors que le Fort Boyard peine a sortir de l’eau, les ingénieurs de la Marine imaginent déjà la construction d’un autre fort, en plein milieu de la rade de Rochefort. Visuellement il est identique au projet du Fort Boyard, mais ne possède qu’un niveau.
Un projet fou qui ne verra jamais le jour.

Le Fort Boyard termine ses assises !

1845 : Le projet du Fort Boyard obtient quelques améliorations, avec l'ajout d'un havre d’abordage.

1846 : A la reprise du chantier après l’hiver, certains blocs artificiels des assises ont bougé à cause des tempêtes. Il est décidé de reprendre l’ensemble du pourtour des assises, en commençant par élargir de 2 mètres supplémentaires la risberme. De ce fait, l’ensemble des blocs artificiels mise en place des années précédents doivent être décalé.

1848 : Les travaux ont pu reprendre réellement cette année là, en utilisant des fonds supplémentaires fictifs, puisqu’il n’y avait plus d’argent disponible. Le 14 octobre 1848, les assises du Fort Boyard sont terminées et remises au Génie Militaire. Elles sont nettement visibles et atteignent 2 mètres au dessus des plus hautes mers. Depuis 1842, c’est 2,9 millions de Francs qui ont été nécessaire seulement pour les assises de la construction.

Le fort sort enfin de l'eau !

1849 : Des crédits nécessaires sont débloqués, même si on constate que depuis 10 ans, la métallurgie et l’artillerie ont considérablement progressé. Est-il alors nécessaire de continuer la construction du Fort Boyard sachant que les innovations du matériel vont continuer ?
La réponse est oui ! Le Fort Boyard existera bien. Il sera de forme rectangulaire arrondis à ses extrémités. Prévu dans l’enrochement, il y a déjà des citernes et des soutes en sous-sol.  Il faut maintenant réaliser le rez-de-chaussée, les deux étages supérieurs et la terrasse.


1850 : Tout s'enchaîne, l’organisation du chantier est à nouveau exemplaire. La partie nord du rez-de chaussée est construite en premier.

1852 : Le rez-de-chaussée du fort est entièrement construit.

1854 : Le premier étage est terminé.

1856 : A la fin de cette année, le deuxième étage est terminé, il ne reste plus qu’a construire la tour de vigie au sommet du fort.

1857 : Fin de la construction du gros-œuvre.

**************************************************************************************************************

History of Fort Boyard

 

9 May 1801: The project emerges concretely under Bonaparte. A commission is charged to study again the protection of the harbor. At the end of this interview, the idea emerges of a fort with two levels in the form of an elliptical ring estimated at 830,000 francs.

1802: After debate, Ferregeau, inspector of maritime works, released a final file accepted in 1803.
The site of the new fort starts!

1803: The project foresees an important riprap, which must be totally created on the Boyard Lanyard. 1803 is the year devoted to the preparation of the future site. A real small town is created on the island of Oléron with buildings, fence, paved roads: Boyardville was born. It is during this year that one defines the places where one can open careers: Aix, Fouras and Port-des-barques are retained. Offshore, the precise location of the fort is defined by precise soundings. Originally planned for 1,300 meters of the island of Oléron (at the highest point of the sand bank), it will finally be located 1500 meters more to the east. It is therefore located at a location where the bottoms are deeper, but it is in a more central position compared to the two islands.

1804: The work really begins. The Navy uses military workers to supplement civilian groups. A few months after the opening of the quarries, the first block of 7m³ surmounted by an iron beacon is immersed in the center of the base of the future fort. This main block is quickly surrounded by the stones of the riprap. But for lack of means, the site does not go very quickly. The gabarers that bring the stones are far too busy and sink with the men of crews, even before they reach the site.

May 1805: The site resumes after the winter. New ships arrived from Lorient with hundreds of men. The workers put 16,000m³ of stones to build the riprap.

1806: There are now 300 Austrian military prisoners who work in the quarries on the island of Aix. Thus, it is still 16,000m³ of stones that are positioned. Unfortunately, the storms of the end of the year will carry away part of the seat, it will be reconstructed quickly with artificial blocks.

1807: New means arrive and the construction of the 2nd part of the assize begins. The joints between the blocks are lined with hydraulic lime and the blocks around the construction are connected by iron clamps. At the end of the year, an additional 20,000m³ are in place. In December, engineers found that the riprap had dropped 1.2 meters due to its own weight. The coming winter will destroy much of the construction again.

1808: How to continue the work? Between criticisms of all parts and the budget already exceeded, the construction of the fort is a fiasco. The workers are unhappy because they are no longer paid for lack of budget!
On August 5, 1808, Napoleon visited the site, the results will fall the following year ...

The case of the Brûlots of the island of Aix

1809: The project of the fort is reduced, as well as the planned armament. The orientation also changes. The two great facades will be able to draw as well from the side of the island of Aix, as from the side of Oléron. The work resumed seriously, with three ships and a hundred workers.

But other more tragic events are taking place this year. The entire coastline is subject to the maritime blockade. The English fleet is approaching the French coasts and on April 1st they machine-gun the workers of the shipyard. The works are suspended, everyone returns to Rochefort, for the defense of the arsenal.

A few days later, from the 11th to the 15th of April, the terrible affair of the Brulots of the island of Aix took place.
The English approach the French coast, they line 76 buildings facing the French who prepared only 11 ships and 4 frigates. However, the English will not take any risk, since they will use the technique of the burners. They have 50 ships (unmanned ships filled with explosive materials) and their aim is to reach the French ships to ignite them in turn. The sense of the wind is evidently in favor of the English.
The disaster was not long in coming, after a first breach in the defense, the burners rushed and inflated the French ships that ran aground. After these four days, which lead to the victory of the English, they will maintain a presence on the coasts.

The Fort Boyard shipyard is therefore partially suspended in June and the total suspension comes at the end of the year.

1810: The construction of the Fort Boyard is abandoned, however since 1802 already 3.5 million francs have been spent! The roadstead of Rochefort is still not waterproof, it is decided the construction of Fort Enet between Fouras and the island of Aix, the 2nd "open door" of the harbor. It takes only two years to build this

***************************************************************************

 

 

 



73's from Franck F4DTO & Patrick F4GFE

teams & managers of  fabulous call:

TM4PT, TM4CM, TM16EURO,TM190NB, TM200CF, TM200EN,

TM210VH,TM210CN, TM300SK ,TM850N,

ZA/F4DTO,  ZA/F4GFE, ZA100i

 

 

 

 

 

8468373 Last modified: 2017-11-22 15:31:59, 32942 bytes

Login Required

Login is required for additional detail.

You must be logged in to file a report on this page

Please login now...

QRZ Logbook Summary for - TM160BF

This callsign does not participate in the QRZ Logbook


c
ad: giga-db
Copyright © 2017 by QRZ.COM
Sun Dec 17 15:30:34 2017 UTC
CPU: 0.066 sec 89886 bytes mp